L’Arctic Race of Norway est devenue la première course cycliste à utiliser des véhicules électriques.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre

L’Arctic Race of Norway souhaite réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Le changement climatique est le plus gros défi auquel notre monde fait face et l’Arctique est sans aucun doute la région la plus affectée. C’est ce constat qui a poussé les organisateurs à entamer cette démarche et qui la rend d’autant plus pertinente que la course est la course cycliste professionnelle la plus septentrionale.

Avec la distance qui sépare le Nord de la Norvège de leur lieu de résidence habituel, les équipes ne peuvent pas rejoindre le départ de l’Arctic Race of Norway avec leur traditionnel bus. C’est pour cette raison que des véhicules leurs sont fournis, ce qui a offert l’opportunité de relever le défi de l’électrique, avec le soutien de Hyundai, fournisseur officiel de l’Arctic Race of Norway.

Le Nord de la Norvège face au défi de l’électrique

Lorsque les équipes de l’Arctic Race of Norway se sont penchées sur ce challenge, l’une des principales difficultés à laquelle elles ont fait face a été le manque de stations de recharge dans le Nord de la Norvège, une région qui a du retard par rapport au reste du pays. Un rapprochement avec les compagnies électriques locales a permis de les résoudre : Nordkraft, Lofotkraft, Hålogaland Kraft, Vesterålskraft et Trollfjord se sont associées pour financer une station mobile de recharge. Le directeur de Vesterålskraft, Halvard Pettersen était très satisfait de cette coopération

« Le retard d’électrification du parc automobile du Nord de la Norvège est principalement dû au manque de stations de recharge. Grâce à l’initiative de l’Arctic Race of Norway, nous avons pu trouver une solution mobile pour l’édition 2019 et nous continuons à travailler pour trouver ensemble des solutions permanentes ».

A travers ce projet, l’Arctic Race of Norway contribue directement au développement du Nord de la Norvège. Les stations de recharge mobiles utilisées pendant la course sont ensuite mises à disposition d’autres événements sportifs et culturels de la région, tout au long de l’année.

Une ambition : le 100% électrique

Hyundai se réjouit également du fait que l’Arctic Race of Norway travaille à devenir la première course cycliste du monde à utiliser uniquement des véhicules électriques. De 46 véhicules en 2019, la flotte électrique pourrait passer à 60 en 2020 avant de représenter 100% des 120 véhicules de la course dans les trois ans.

« Nous ambitionnons d’avoir une flotte zéro émissions en Norvège. C’est pourquoi c’est une excellente opportunité pour nous d’aider au développement des infrastructures du Nord de la Norvège, tout cela grâce à l’Arctic Race of Norway » a d’ailleurs déclaré Christian Stenbo, le directeur Marketing de Hyundai Motor Norvège.

Cette ambition est d’ailleurs soulignée par Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France : « Voici la preuve, si besoin en était, que l’Arctic Race of Norway est bien plus qu’une simple course cycliste. Ce projet marque une avancée significative pour montrer comment notre sport se concentre sur l’avenir et s’implique pour réussir sa transition vers un nouveau monde plus éco-responsable. Comme le Tour de France, l’Arctic Race of Norway n’est qu’un simple visiteur des paysages qu’elle traverse et c’est pourquoi elle a un devoir : protéger ce magnifique mais néanmoins fragile environnement naturel. »